Journal Altitude : octobre 2021

Mais d’où viennent toutes ces couleurs?

Saint-Donat et ses environs se sont parés de leur majestueux costume d’automne! La compétition entre le jaune, le rouge et l’orange des feuilles est toujours époustouflante. Mais pour moi, impossible de me contenter d’admirer ce spectacle, j’ai la tête constamment pleine de questions! Êtes-vous de ceux qui se demandent comment se réalise ce spectaculaire changement de couleur? La croyance populaire veut que ce soit le refroidissement de la température qui cause la coloration.

En fait, les scientifiques ont démontré que ce n’est pas que le froid et le gel qui créent le phénomène. Ce serait plutôt dû au raccourcissement des jours et à la diminution de lumière. Une feuille est verte à cause de pigments appelés chlorophylle. Combinée au soleil et au carbone de l’air, elle permet aux feuilles de fabriquer des sucres et de nourrir l’arbre. C’est ce qu’on appelle la photosynthèse.  L’été, quand la chlorophylle est abondante, le vert masque toute autre couleur présente dans la feuille.

Lorsque l’automne arrive avec moins de lumière, la photosynthèse diminue ce qui amène la perte de chlorophylle, le vert laissant ainsi place aux couleurs qui étaient cachées : le jaune, l’orangé, le rouge. Fascinant la nature quand même! Mais ce n’est pas tout! Pourquoi les feuilles finissent-elles par sécher et tomber? Les jours raccourcis ET le froid obligeront l’arbre à s’adapter pour rester en vie. Ses feuilles, munies de capteurs sensibles à la lumière, stimuleront une hormone. C’est elle la responsable de la chute des feuilles! Un bouchon se formera à la base de chaque pétiole (queue de la feuille) et empêchera l’entrée de la sève. À cette étape, l’arbre entre dans une sorte d’hibernation et ne dépense plus d’énergie pour ses feuilles qui vont mourir et tomber. Mais ma tête pleine de questions s’interroge encore! Pourquoi est-ce différent chez les conifères comme le sapin, l’épinette ou le thuya (cèdre)? Sauf exception, leurs épines ne changent pas de couleur et ne tombent pas. Belle question? Promis, j’y reviendrai le mois prochain!

À la suite de mon article « Au secours de mes tomates! », voici la finalité de mon aventure! Chaque matin, je suis entrée dans ma petite serre surpeuplée en les saluant d’un « bonjour, les filles! » en m’assurant qu’aucun ennemi indésirable ne se soit pointé. Je les ai tellement dorlotées! J’aime imaginer que c’est ce lien affectif qui m’a permis d’avoir la plus belle récolte de tomates de ma vie. Mais bon, il faut bien que je rende à la serre ses avantages! Même s’il n’y a pas eu de vraie gelée en septembre, elle a tenu tête aux nuits froides et gardé une température juste assez chaude et humide pour laisser murir les légumes à point. Au moment d’écrire ces lignes, nous mangeons encore tomates, concombres, salade, haricots et plus! Prochains défis en avril prochain!

La SHÉDO a terminé ses activités pour la saison. Soyez alertes, car le printemps apportera une toute nouvelle programmation et des conférences, qui on l’espère, seront en présentiel. Au plaisir de vous retrouver pour jaser de vive voix horticulture et écologie! En attendant, suivez-nous sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/hortistdonat


Pour nous rejoindre en général: hortistdonat@gmail.com

(par Chantal Pepin, membre invitée).

Une réflexion sur “Journal Altitude : octobre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s